LES CHRONIQUES DE BIDFOLY
Bienvenue sur le Forum "LES CHRONIQUES DE BIDFOLY"


ART, CULTURE & LOISIRS, ENVIRONNEMENT & BIODIVERSITE, FAUNE & FLORE, INFORMATIQUE & LOGICIELS GRATUITS
 
AccueilPortailPublicationsFAQS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo) By Gurumed.org
Aujourd'hui à 12:26 par le.cricket

» Un étonnant timelapse microscopique présentant la création de calmars (Vidéo) By Gurumed.org
Aujourd'hui à 11:45 par le.cricket

» Pendant 128 ans, le cadavre d’une sauterelle incrustée dans une célèbre toile de Van Gogh est passé inaperçu ! By Gurumed.org
Aujourd'hui à 11:34 par le.cricket

» 10 grands cachalots s'échouent au Nord de l'Indonésie (vidéo) Par Christophe Magdelaine
Aujourd'hui à 10:31 par le.cricket

» Mission Impossible Squirrel121 !
Aujourd'hui à 8:43 par le.cricket

» Le saviez-vous?Le plus long règne monarchique au monde a duré 82 ans et 9 mois !
Aujourd'hui à 8:38 par Dagobert

» PENSEES, CITATIONS & PROVERBES : L'EPHEMERIDE
Aujourd'hui à 8:37 par le.cricket

» !!!!!!!!!
Aujourd'hui à 8:30 par Dagobert

» la destination
Aujourd'hui à 8:26 par Dagobert

» c'est fou !
Aujourd'hui à 8:18 par Dagobert

» LES EXPRESSIONS FRANCAISES : S' EN ALLER EN EAU DE BOUDIN - SUCRER LES FRAISES
Aujourd'hui à 8:04 par le.cricket

» Les Chroniques du Jour : ça s'est passé un....19 Novembre
Aujourd'hui à 7:39 par le.cricket

» Ralliez San Francisco à Los Angeles (et vice-versa) dans un bus-couchette ultra-moderne et tout confort ! Par Clément P.
Hier à 22:45 par le.cricket

» Bande-annonce pour Le Grand jeu réalisé par Aaron Sorkin ! Par Fabio
Hier à 22:17 par le.cricket

» « Tu vois, on savait, mais on a rien fait. » By Mrmondialisation
Hier à 22:02 par le.cricket

» Le plus grand cimetière de locomotives de France, un immense gâchis ! Par Julie Lallouët-Geffroy et Kevin Niglaut (Reporterre)
Hier à 21:28 par le.cricket

» Un médicament connecté pour suivre la guérison des patients à distance ! Par Thomas Ducres
Hier à 19:41 par le.cricket

» L’erreur est humaine, et c’est ce qui va nous sauver de la domination des robots ! Par Mehdi Karam
Hier à 19:22 par le.cricket

» La Sélection du Week-End n°270 ! By Ufunk.net
Hier à 18:59 par le.cricket

» Quelle adresse!! Faut pas s'emmêler les ficelles...........
Hier à 9:32 par le.cricket

» Le saviez-vous?La diphallia est une malformation qui cause une duplication du pénis !
Hier à 8:57 par Dagobert

» miam miam
Hier à 8:40 par Dagobert

» à ne pas dire
Hier à 8:33 par Dagobert

» problème de gaz
Hier à 8:31 par Dagobert

» PENSEES, CITATIONS & PROVERBES : L'EPHEMERIDE
Hier à 8:30 par le.cricket

» LES EXPRESSIONS FRANCAISES : Ronger son frein - Rompre une lance (avec ou contre qqn)
Hier à 8:19 par le.cricket

» Les Chroniques du Jour : ça s'est passé un....18 Novembre
Hier à 7:43 par le.cricket

» À Bayonne, un couple invente le soutif à poches qui remplace les sacs à main ! Par Hilaire Picault
Ven 17 Nov - 23:25 par le.cricket

» Détour par le village du Seigneur des Anneaux ! By DETOURS..canalplus.fr
Ven 17 Nov - 23:02 par le.cricket

» Uber s’allie avec la NASA pour créer le premier taxi volant ! Par Hilaire Picault
Ven 17 Nov - 22:44 par le.cricket

» Avant/Après – Ces comparaisons nous dévoilent comment le monde a changé !
Ven 17 Nov - 22:14 par le.cricket

» Afro Art – Ce duo rend hommage aux coiffures afro des petites filles ! By Ufunk.net
Ven 17 Nov - 21:03 par le.cricket

» PopCorn TV – Le jeu pour tester vos références Pop Culture est de retour ! By Ufunk.net
Ven 17 Nov - 19:19 par le.cricket

» LES EXPRESSIONS FRANCAISES : Pincer le vent - Piquer le bahut
Ven 17 Nov - 9:18 par Nadia401

» Le Saviez-vous !Si vous passez une journée sur chacune des îles des Philippines, il vous faudrait près de 21 ans pour toutes les visiter !
Ven 17 Nov - 9:10 par le.cricket

» PENSEES, CITATIONS & PROVERBES : L'EPHEMERIDE
Ven 17 Nov - 9:04 par le.cricket

» les voyeuses
Ven 17 Nov - 8:14 par Dagobert

» une femme...........
Ven 17 Nov - 8:10 par Dagobert

» le corbeau et le lapin !
Ven 17 Nov - 8:05 par Dagobert

» Les Chroniques du Jour : ça s'est passé un....17 Novembre
Ven 17 Nov - 7:41 par le.cricket

» Qui veut une maison plus chaleureuse avec un toit végétal ? Par Joseph de Carme
Jeu 16 Nov - 23:13 par le.cricket

» Des astronomes imaginent un laser pour rendre la Terre invisible aux extraterrestres !
Jeu 16 Nov - 22:35 par le.cricket

» A Paris, une expo en illusion d’optique où vous êtes le héros ! By Détours
Jeu 16 Nov - 21:55 par le.cricket

» Street Art – Bordalo II installe une œuvre en déchets recyclés à Paris ! By Ufunk.net
Jeu 16 Nov - 21:31 par le.cricket

» Mauvais Goût – Elle rend hommage à Alien pour son dîner de Thanksgiving ! By Ufunk.net
Jeu 16 Nov - 21:06 par le.cricket

» Cheap Fashion – Il recrée les tenues des stars avec les moyens du bord ! By Ufunk.net
Jeu 16 Nov - 19:03 par le.cricket

» IN-SHADOW – Ce court métrage impressionnant est une critique violente contre le capitalisme ! By Ufunk.net
Jeu 16 Nov - 18:50 par le.cricket

» SpotMini – Le nouveau robot impressionnant de Boston Dynamics ! By Ufunk.net
Jeu 16 Nov - 18:36 par le.cricket

» PENSEES, CITATIONS & PROVERBES : L'EPHEMERIDE
Jeu 16 Nov - 9:57 par le.cricket

» LES EXPRESSIONS FRANCAISES : (Ne pas) faire long feu - Ne pas avoir les yeux en face des trous
Jeu 16 Nov - 9:04 par le.cricket

» Le saviez-vous?La première histoire de science-fiction est âgée de 1800 ans !
Jeu 16 Nov - 8:59 par Dagobert

» raciste !
Jeu 16 Nov - 8:56 par Dagobert

» dégueu !!!
Jeu 16 Nov - 8:50 par Dagobert

» En avion
Jeu 16 Nov - 8:40 par Dagobert

» Les Chroniques du Jour : ça s'est passé un....16 Novembre
Jeu 16 Nov - 7:36 par le.cricket

» Des archéologues découvrent un immense trésor médiéval dans l'abbaye de Cluny ! Par Jérémy B.
Mer 15 Nov - 22:49 par le.cricket

» Île de Pâques : 720 000 km² d’océan protégé sous le regard des Moai ! By Mrmondialisation
Mer 15 Nov - 22:23 par le.cricket

» Stranger Tales – Les épisodes de Stranger Things façon livres d’horreur des années 80 ! By Ufunk.net
Mer 15 Nov - 21:11 par le.cricket

» Sad World – Les nouvelles illustrations satiriques de Gunduz Agayev ! By Ufunk.net
Mer 15 Nov - 20:39 par le.cricket

» Cet artiste transforme une église du 16e siècle en court de tennis ! By Ufunk.net
Mer 15 Nov - 20:18 par le.cricket

» Découvrez New York avec un étonnant Layer-Lapse ! By Ufunk.net
Mer 15 Nov - 16:43 par le.cricket

» Ghibli Food – Elle s’amuse à recréer la bouffe des films de Miyazaki ! By Ufunk.net
Mer 15 Nov - 16:36 par le.cricket

» PENSEES, CITATIONS & PROVERBES : L'EPHEMERIDE
Mer 15 Nov - 15:52 par le.cricket

» Le saviez-vous?Après lui avoir envoyé une lettre, Kennedy a promis à une petite fille de protéger le Père Noël des essais nucléaires soviétiques au pôle Nord
Mer 15 Nov - 8:52 par Dagobert

» ils font quoi?
Mer 15 Nov - 8:47 par Dagobert

» et mon gros cul
Mer 15 Nov - 8:44 par Dagobert

» Les amants
Mer 15 Nov - 8:15 par Dagobert

» LES EXPRESSIONS FRANCAISES : Mal en point - Mettre au clou
Mer 15 Nov - 7:55 par le.cricket

» Les Chroniques du Jour : ça s'est passé un....15 Novembre
Mer 15 Nov - 7:46 par le.cricket

» La toute première « nation flottante » pourrait voir le jour dans l'océan Pacifique en 2020... Par Nathan Weber
Mar 14 Nov - 22:45 par le.cricket

» Un cachalot peut faire vibrer ton corps jusqu’à la mort ! By Gurumed.org
Mar 14 Nov - 22:25 par le.cricket

» Cette technique du Moyen Age pour stocker le blé est la plus moderne : ni énergie, ni pesticides ! Par Marie Astier (Reporterre)
Mar 14 Nov - 22:02 par le.cricket

» La weed peut-elle relancer le taux de natalité français ? Par Hilaire Picault
Mar 14 Nov - 21:04 par le.cricket

» Accro à la caféine ? Voilà le café en chewing-gum ! Par Hilaire Picault
Mar 14 Nov - 20:36 par le.cricket

» Microsoft veut combattre le cancer « comme un virus informatique » ! Par Thomas Ducres
Mar 14 Nov - 19:04 par le.cricket

» La série Dragon Ball résumée en 3 minutes ! By Ufunk.net
Mar 14 Nov - 18:11 par le.cricket

» Animal Ball – Les étranges animaux sphériques d’Aditya Aryanto ! By Ufunk.net
Mar 14 Nov - 17:51 par le.cricket

» Sneaker Candles – Des bougies inspirées par les sneakers iconiques ! By Ufunk.net
Mar 14 Nov - 17:42 par le.cricket

» Broken Angel Episode 3.5 – Audio Driven Animation ! By Dave Webster
Mar 14 Nov - 17:31 par le.cricket

» Nebulae – Cette vidéo envoûtante nous plonge dans une pouponnière d’étoiles ! By Ufunk.net
Mar 14 Nov - 17:18 par le.cricket

» PENSEES, CITATIONS & PROVERBES : L'EPHEMERIDE
Mar 14 Nov - 9:18 par le.cricket

» LES EXPRESSIONS FRANCAISES : LE ROCHER DE SISYPHE - LE HAUT DU PAVE
Mar 14 Nov - 9:02 par le.cricket

» Le saviez-vous?Le plus petit tableau périodique des éléments a été gravé sur un cheveu humain
Mar 14 Nov - 8:35 par Dagobert

» les maths modernes
Mar 14 Nov - 8:30 par Dagobert

» un cheveu dans la soupe !
Mar 14 Nov - 8:27 par Dagobert

» incorrigible Toto
Mar 14 Nov - 8:11 par Dagobert

» Les Chroniques du Jour : ça s'est passé un....14 Novembre
Mar 14 Nov - 7:37 par le.cricket

» Angara : un titan dans l'espace ! (45mn) By Zone Documentaire
Lun 13 Nov - 22:55 par le.cricket

» Les plus grandes catastrophes naturelles. (88mn) By Le Phoenix
Lun 13 Nov - 22:44 par le.cricket

» Dans La Pire Prison de Virginie ! Par Doc & Doc
Lun 13 Nov - 22:36 par le.cricket

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
ZEBULON.FR - Téléchargements

Partagez | 
 

 Ces lettres bouleversantes témoignent de l’enfer vécu par les Poilus durant l’abominable bataille de Verdun ! Par Pauline Collette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dunemars1
Admin
Admin
avatar

Messages : 6786
Date d'inscription : 02/03/2015
Age : 65

MessageSujet: Ces lettres bouleversantes témoignent de l’enfer vécu par les Poilus durant l’abominable bataille de Verdun ! Par Pauline Collette    Mer 24 Fév - 20:39

Ces lettres bouleversantes témoignent de l’enfer vécu par les Poilus durant l’abominable bataille de Verdun !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Première Guerre mondiale (1914-1918) fut une guerre totale qui mobilisa toutes les ressources du pays : économiques, matérielles et humaines. La bataille de Verdun, qui opposait les troupes françaises et allemandes, est l’une des plus longues et dévastatrices de la Grande Guerre. Pendant 300 jours, 1,1 million de soldats français, les Poilus, ont vécu l’enfer des tranchées. Les lettres des soldats nous font plonger avec émotion dans la dure réalité de cette longue bataille sans merci.


Le 21 février 2016 marque les 100 ans du triste anniversaire de la bataille de Verdun, donnant ainsi lieu à plusieurs commémorations émouvantes. Pour l’historien Guy Pedroncini, « Verdun est le symbole et le sommet de la Grande Guerre. C’est sans doute le seul nom qui survivra à l’oubli des siècles ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Du 21 février 1916 au 18 décembre 1916, la commune française de Verdun a été le théâtre des batailles les plus inhumaines auxquelles l’homme se soit livré, 80 % des pertes humaines étant causées par l’artillerie.
Les chiffres sont massifs : pendant ces 10 mois, plus de 2,3 millions de soldats occupent les tranchées et s’affrontent sans répit, laissant derrière eux 300 000 morts. Dès le premier jour, 1 million d’obus s’écrasent sur le sol. S’ensuivront une cinquantaine de millions d’obus qui dévasteront des champs et des villages entiers. Les soldats découvrent l’enfer.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voici quelques-unes des touchantes lettres qui ont été rédigées au coeur de l’horreur.
Charles Guinant, 18 mars 1916, Verdun :
« Ma chérie,
Je t’écris pour te dire que je ne reviendrai pas de la guerre. S’il te plaît, ne pleure pas, sois forte. Le dernier assaut m’a coûté mon pied gauche et ma blessure s’est infectée. Les médecins disent qu’il ne me reste que quelques jours à vivre. Quand cette lettre te parviendra, je serai peut-être déjà mort. Je vais te raconter comment j’ai été blessé.
Il y a trois jours, nos généraux nous ont ordonné d’attaquer. Ce fut une boucherie absolument inutile.
Au début, nous étions vingt mille. Après avoir passé les barbelés, nous n’étions plus que quinze mille environ. C’est à ce moment-là que je fus touché. Un obus tomba pas très loin de moi et un morceau m’arracha le pied gauche. Je perdis connaissance et je ne me réveillai qu’un jour plus tard, dans une tente d’infirmerie. Plus tard, j’appris que parmi les vingt mille soldats qui étaient partis à l’assaut, seuls cinq mille avaient pu survivre grâce à un repli demandé par le Général Pétain.
Dans ta dernière lettre, tu m’as dit que tu étais enceinte depuis ma permission d’il y a deux mois. Quand notre enfant naîtra, tu lui diras que son père est mort en héros pour la France. Et surtout, fais en sorte à ce qu’il n’aille jamais dans l’armée pour qu’il ne meure pas bêtement comme moi.
Je t’aime, j’espère qu’on se reverra dans un autre monde, je te remercie pour tous les merveilleux moments que tu m’as fait passer, je t’aimerai toujours. Adieu »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Charles Guinant, 18 octobre 1917, Verdun :
« Ma très chère Louise,
J’ai quitté les tranchées hier au soir vers 23h, maintenant je suis au chaud et au sec à l’hôpital, j’ai à peu près ce qu’il faut pour manger.
Hier, vers 19h, on a reçu l’ordre de lancer une offensive sur la tranchée ennemie à un peu plus d’un kilomètre. Pour arriver là-bas, c’est le parcours du combattant, il faut éviter les obus, les balles allemandes et les barbelés. Lorsqu’on avance, il n’y a plus de peur, plus d’amour, plus de sens, plus rien. On doit courir, tirer et avancer. Les cadavres tombent, criant de douleur. C’est tellement difficile de penser à tout que l’on peut laisser passer quelque chose, c’est ce qui m’est arrivé. A cent mètres environ de la tranchée Boche, un obus éclata à une dizaine de mètres de moi et un éclat vint s’ancrer dans ma cuisse gauche, je poussai un grand cri de douleur et tombai sur le sol. Plus tard, les médecins et infirmiers vinrent me chercher pour m’emmener à l’hôpital, aménagé dans une ancienne église bombardée. L’hôpital est surchargé, il y a vingt blessés pour un médecin. On m’a allongé sur un lit, et depuis j’attends les soins.
Embrasse tendrement les gosses et je t’embrasse.
Soldat Charles Guinant, brigadier, 58e régiment.
P.S. : J’ai reçu ton colis ce matin, cela m’a fait plaisir, surtout le pâté et la viande. Si tu peux m’en refaire, j’y goûterai avec plaisir. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

René Pigeard, datée du 27 août 1916, mais probablement écrite le 27 avril* :
« Cher papa,
Dans la lettre que j’ai écrite à maman, je lui disais tout notre bonheur à nous retrouver « nous-mêmes » après s’être vus, si peu de chose… à la merci d’un morceau de métal !… Pense donc que se retrouver ainsi à la vie c’est presque de la folie : être des heures sans entendre un sifflement d’obus au-dessus de sa tête… Pouvoir s’étendre tout son long, sur de la paille même… Avoir de l’eau propre à boire après s’être vus, comme des fauves, une dizaine autour d’un trou d’obus à nous disputer un quart d’eau croupie, vaseuse et sale, pouvoir manger quelque chose de chaud à sa suffi­sance, quelque chose où il n’y a pas de terre dedans, quand encore nous avions quelque chose à manger…
Pou­voir se débarbouiller, pouvoir se déchausser, pouvoir dire bonjour à ceux qui restent… Comprends-tu, tout ce bon­heur d’un coup, c’est trop. J’ai été une journée complète­ment abruti. Naturellement toute relève se fait de nuit, alors comprends aussi cette impression d’avoir quitté un ancien petit bois où il ne reste pas un arbre vivant, pas un arbre qui ait encore trois branches, et le matin suivant après deux ou trois heures de repos tout enfiévré voir soudain une rangée de marronniers tout verts, pleins de vie, pleins de sève, voir enfin quelque chose qui crée au lieu de voir quelque chose qui détruit !
Pense que de chaque côté des lignes, sur une largeur de un kilomètre, il ne reste pas un brin de verdure ; mais une terre grise de poudre, sans cesse retournée par les obus : des blocs de pierre cassés, émiettés, des troncs déchiquetés, des débris de maçonnerie qui laissent supposer qu’il y a eu là une construction, qu’il y a eu des « hommes »… Je croyais avoir tout vu à Neuville. Eh bien non, c’était une illusion. Là-bas, c’était encore de la guerre : on entendait des coups de fusil, des mitrailleuses, mais ici rien que des obus, des obus, rien que cela. Fuis des tranchées que l’on se bouleverse mutuellement, des lambeaux de chair qui volent en l’air, du sang qui éclabousse… Tu vas croire que j’exagère, non. C’est encore en dessous de la vérité. On se demande comment il se peut que l’on laisse se produire de pareilles choses. Je ne devrais peut-être pas décrire ces atrocités, mais il faut qu’on sache, on ignore la vérité trop brutale. Et dire qu’il y a vingt siècles que Jésus-Christ prêchait sur la bonté des hommes ! Qu’il y a des gens qui implorent la bonté divine ! Mais qu’ils se rendent compte de sa puissance et qu’ils la comparent à la puissance d’un 380 boche ou d’un 270 français 1… Pauvres que nous som­mes ! P.P.N.
Nous tenons cependant, c’est admirable. Mais ce qui dépasse l’imagination, c’est que les Boches attaquent encore. Il faut avouer que jamais on aura vu une pareille obstination dans le sacrifice inutile : quand par hasard ils gagnent un bout de terrain ils savent ce que ça leur coûte et encore ne le conservent-ils pas souvent.
J’espère aller bientôt vous revoir et on boira encore un beau coup de pinard à la santé de ton poilu qui t’embrasse bien fort. »
*En effet, ce courrier fut certainement écrit le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] au moment où la compagnie de René Pigeard retrouvait l’arrière après plusieurs jours de terribles bombardements près des retranchements R1, R2 (fort de Vaux, près de Verdun). Le 27 avril, la 10e Compagnie se trouve probablement à Belleray au sud de Verdun.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Eugène Bouin, mai 1916, Verdun :
« Ma chère femme,
Tu ne peux pas imaginer le paysage qui nous environne, plus aucune végétation, ni même une ruine ; ici et là, un moignon de tronc d’arbre se dresse tragiquement sur le sol criblé par des milliers et des milliers de trous d’obus qui se touchent. Plus de tranchées ni de boyaux pour se repérer […]. Entre nous et les Allemands, pas de réseaux de barbelés, tout est pulvérisé au fur et à mesure de la canonnade. Mais plus active que le bombardement, pire que le manque de ravitaillement, c’est l’odeur qui traîne, lourde et pestilentielle, qui te serre les tripes, te soulève le cœur, t’empêche de manger et même de boire. Nous vivons sur un immense charnier où seuls d’immondes mouches gorgées de sang et de gros rats luisants de graisse ont l’air de se complaire : tout est empuanti par les cadavres en décomposition, les déchets humains de toutes sortes, les poussières des explosifs et les nappes de gaz. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Pierre, 22 septembre 1916, Verdun :
« Ma chère Édith,
La vie ici est très dure. Dans les tranchées, l’odeur de la mort règne. Les rats nous envahissent, les parasites nous rongent la peau ; nous vivons dans la boue, elle nous envahit, nous ralentit et arrache nos grolles. Le froid se rajoute à ces supplices. Ce vent glacial qui nous gèle les os, il nous poursuit chaque jour. La nuit, il nous est impossible de dormir. Être prêt, à chaque instant, prêt à attaquer, prêt à tuer. Tuer, ceci est le maître-mot de notre histoire. Ils nous répètent qu’il faut tuer pour survivre, je dirais plutôt vivre pour tuer. C’est comme cela que je vis chaque minute de cet enfer. Sans hygiène. Sans repos. Sans joie. Sans vie.
Cela n’est rien comparé au trou morbide où ils nous envoient. Sur le champ de bataille, on ne trouve que des cadavres, des pauvres soldats pourrissant sur la terre imprégnée de sang. Les obus, les mines, détruisent tout sur leur passage. Arbres, maisons, et le peu de végétation qu’il reste. Tout est en ruine. L’odeur des charniers, le bruit des canons, les cris des soldats… L’atmosphère qui règne sur ce champ de carnage terroriserait un gosse pour toute sa vie. Elle nous terrorise déjà.
Lundi, je suis monté au front. Ils m’ont touché à la jambe. Je t’écris cette lettre alors que je devrais être aux côtés des autres, à me battre pour ma patrie. Notre patrie, elle ne nous aide pas vraiment. Ils nous envoient massacrer des hommes, alors qu’eux, ils restent assis dans leurs bureaux ; mais en réalité, je suis sur qu’ils sont morts de peur.
Ah ! Ce que j’aimerais recevoir une lettre. Cette lettre, celle qu’on attend tous, pouvoir revenir en perme. Ce que j’aimerais te revoir, ma chère épouse ! Retrouver un peu de confort, passer du temps avec notre petit garçon… Est-ce que tout le monde va bien ? Ne pensez pas à toutes ces horreurs. Je ne veux pas que vous subissiez cela par ma faute. Prends bien soin de toi, de notre fils, et de mes parents. Et, même si je ne reviens pas, je veillerai toujours sur toi. Je pense à vous tous les jours, et la seule force qui me permet encore de survivre, c’est de savoir que j’ai une famille qui m’attend, à la maison.
J’espère être à vos côtés très prochainement, à bientôt ma belle Édith, je t’aime.Pierre »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Pierre, 26 novembre 1916, Verdun :
« Ma bien-aimée,
Je n’ai pas eu beaucoup d’occasion pour vous écrire depuis mon retour sur le front mais si je vous écris en ce jour c’est pour vous expliquer la dureté et la violence de cette guerre. La bataille de Verdun est la pire que j’ai connue, non seulement physiquement car nous sommes restés huit jours sans dormir mais aussi mentalement : la puanteur des cadavres est devenue insupportable et je ne souhaite à personne de voir ce que j’ai pu voir ; nos amis, nos pères, nos frères, ils sont morts sous nos yeux et il n’y a pas de mot pour décrire cela. Les maisons, les écoles, les églises, il ne reste plus rien, tout a été ravagé, saccagé par les marmites, les arbres aussi sont maintenant inexistants. Il n’y a en fait plus aucune vie à cet endroit car tuer des êtres humains ce n’est pas une vie…
S’ajoutent à cela, la boue, le froid, la pluie et malheureusement nos compagnons allongés sur le sol… Il devient impossible de marcher dans notre nouvelle et peut-être dernière « demeure »… Il faut lutter pour survivre, prier pour que les rats ne mangent pas le peu de pain que l’on peut avoir, que les poux n’envahissent pas notre corps ou encore que la boue ne s’incruste pas dans le petit bol de soupe que l’on a. Le plus dur à supporter je pense est le froid ; le manque de chaleur est irremplaçable, les couvertures que l’on peut nous donner sont grignotées par les rats. L’hygiène est aussi déplorable, si vous saviez ce que je donnerais pour prendre une douche ! Il faut aussi que l’on porte des masques à gaz, j’ai entendu dire que les civils aussi en portaient ? Cela est préférable, nous lançons désormais du gaz sur l’ennemi, plus efficace d’après là-haut…
Je dois vous avouer que je n’ai plus beaucoup d’espoir en ce qui concerne la liberté, je n’ai même plus du tout d’espoir. Je souffre… Comment vais-je survivre ? Je n’y arriverai pas. Votre présence me manque énormément. Mon sang coule encore et encore… Pourquoi en suis-je arrivé là ? Embrassez bien mes parents pour moi et les vôtres aussi, dites-leur bien que je suis sincèrement désolé de ne pas être revenu. Embrassez aussi ma petite Juliette et dites à Jean que son père était un héros. Et vous, ma douce, je suis malheureux de vous faire mes adieux sur un bout de papier, restez forte, ne m’oubliez pas. Votre amour qui pense à vous et qui vous aime de tout son cœur.
Pierre »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ces témoignages sont bouleversants… Particulièrement quand on sait que cette bataille n’a abouti à rien de véritablement concluant pour les deux partis : aucun territoire n’a été conquis. Pourtant, la bataille de Verdun, et plus largement la Première Guerre mondiale, a causé des dégâts d’une ampleur accablante, à la fois humains et matériels. Elle a laissé derrière elle d’importants traumatismes qui ont hanté la génération de 14-18. Pour approfondir, vous pouvez découvrir[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
 
Ces lettres bouleversantes témoignent de l’enfer vécu par les Poilus durant l’abominable bataille de Verdun ! Par Pauline Collette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» découpe de contour de lettres
» Mémoires de nos pères / Lettres d'Iwo Jima
» George Sand et Musset (film, romans, théâtre et lettres)
» Une virée en enfer
» decoupe grandes lettres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES CHRONIQUES DE BIDFOLY :: SCIENCES, TECHNIQUES, VOYAGES :: DIVERS-
Sauter vers: